pneumothorax

  • Bonjour Amar,
    Je découvre à l’instant ton message. Je ne sais pas si depuis tu as été opéré. Je vois que tu prends la vie du bon côté en encourageant tout le monde. Tu as raison, il faut toujours positiver. J'ai eu moi aussi deux pneumothorax complets du poumon droit, 1 fin février 2008 (avec un drainage simple pendant 4 jours) puis suite à récidive de celui-ci fin mars 2008, j’ai eu droit à un talcage de ce même poumon. Comme c’était un pneumothorax complet, le chirurgien m’a expliqué qu’il valait mieux coller le poumon afin de mettre toutes les chances de mon côté, car il ne faut pas oublier que dans l’hypothèse où l’on fait un pneumo spontané, en principe les récidives sont fréquentes (35 % dans mon cas) et il vaut mieux avoir un poumon qui tienne au cas ou le deuxième ne se décolle en même temps (cela s’appelle un pneumothorax bilatéral) et dans ce cas, on peut tout simplement mourir par asphyxie. Mais bon, c’est très rare, je te rassure. De toute façon, la moyenne est souvent 2 pneumothorax drainés, au 3ème, c’est souvent un talcage d’office.
    Pour le premier pneumothorax, lorsque mon poumon s'est décollé, je n'ai pas tellement ressenti de douleur au moment du décollement et j'ai repris le travail deux semaines après le drainage (peut-être un peu trop vite d’ailleurs). La pose du drain thoracique se fait sous anesthésie locale et on est relié à une valise pour l’aspiration de l’air, de l’eau, du sang. Le retrait du drain se fait à vif et je trouve que c’est un geste plus que barbare de nos jours. Mais, bon, on oublie.
    Pour le second pneumothorax, j'ai ressenti d'énormes coups de poignard dans les côtes et une certaine gène pour respirer normalement. L’opération a été faite sous anesthésie totale avec vidéothorax (exploration avec caméra), prélèvement du poumon (pour analyse), et talcage du poumon. Cette intervention a été faite à l’aide de 3 trous (1 devant sous le sein , 1 sur le côté sous le bras et 1 dans le dos). Cela sert à passer la lumière, la caméra, les instruments et la poire pour le talc. Le chirurgien insuffle du talc qui a pour but d’irriter le poumon et le faire saigner. En saignant, le poumon s’autocolle sur les feuillets de la plèvre qui est en quelque sorte l’enveloppe du thorax (le poumon se colle alors comme un « scotch » double face). L’avantage s’est qu’il risque de ne plus se décoller (donc tant mieux), l’inconvénient, si un jour je dois être opérée du poumon pour un cancer par exemple, et bien l’intervention sera alors plus difficile car il est collé. Mais bon, il ne faut pas y penser. J’ai demandé aussi, si le fait d’avoir mis du talc dans le corps, occasionnait des risques de vieillissement de ce talc. En fait, le talc est un calcaire et nous en produisons dans le corps naturellement, donc pas de problème. Après un talcage, il y a aussi la pose d’un drain (4 à 5 jours).
    Par contre pour cette 2ème opération, la pompe à morphine a été nécessaire.
    Cela fait donc 2 mois que je suis arrêtée et je trouve que la récupération est un peu plus difficile.
    Il m'a fallu presque 3 semaines pour pouvoir à nouveau dormir sur les 2 côtés, j'ai eu du mal pour monter les escaliers, porter des choses lourdes, me baisser, bailler, ou éternuer. Pour gonfler ma cage thoracique à fond, j’avais beaucoup de mal surtout le soir.
    Il faut souvent faire les choses au ralenti et être patient. J’ai commencé la kiné respiratoire à domicile au bout d’un mois et demi. La première fois, les adhérences qui se font autour des trous craquèlent, et on est mâché pendant 2 jours environ. C’est un retour en arrière, mais cela est nécessaire pour pouvoir mieux respirer après.
    Le pneumologue m'a averti que les douleurs pouvaient durer plusieurs semaines voire des mois et que je pourrai reprendre le sport deux mois après l’enlèvement du drain. A l’heure actuelle, j’en suis incapable, car je fais du tennis et je n’arrive pas encore à faire des torsions. Je me donne 6 mois. Je n'ai pas envie d'avoir un 3ème épisode. La récidive après talcage variant entre 5 et 8 %, on va attendre un peu.
    Le "pic" de la récidive après talcage se situe à la fin du 1er mois après talcage. Donc pour ceux ou celles qui sont dans mon cas, surtout faites attention et ne soyez pas pressés de reprendre les choses trop vite.
    Ah, chose importante, pour enlever le drain, j’étais très fatiguée et redoutais ce moment. Le chirurgien en qui j’avais une énorme confiance et à qui j’ai dit que j’avais peur de ne pas gérer cette douleur supplémentaire, m’a proposé alors une anesthésie « flash ». Je n’en avais jamais entendu parler. En fait, pendant 3 ou 4 secondes, l’anesthésiste injecte le produit et en même temps, le chirurgien retire le drain thoracique… C’est purement génial. On a l’impression qu’il enlève un pansement banal. C’est vrai, cela nécessite de redescendre au bloc, mais je peux vous assurer que je n’ai pas souffert. En plus, on est conscient.
    Voilà, j’espère avoir répondu à ta demande et que mon témoignage t'aidera à prendre ta décision, si ce n'est déja fait.
    Bon courage à tous et à toutes et surtout ouvrez votre sac de patience.

    Anonymous 28 May 2008, 05:36 - Report
These Forums are no longer active. To post a new discussion, please visit our new France Forums.

pneumothorax

These Forums are no longer active. To post a new discussion, please visit our new France Forums.